Début du combat : 14/06/2010

Date de clôture du dossier : 29/06/2013

Combat porté par : Jose Manuel

geo_mashup_map

Un projet de transfert du port de Pasaia (sur la Côte basque espagnole) vers l’extérieur de la baie était à l’étude. Il visait à doter la province d'une infrastructure portuaire moderne extérieure. L'étude d'impact environnemental estimait que l'effet de cette construction sur l'environnement serait considérable. Le Mont Jaizkibel, protégé en tant que site Natura 2000, ne l'était pas sur sa partie sous-marine. Les falaises du Jaizkibel abritent pourtant une biodiversité remarquable ainsi que des formations géologiques d’une grande rareté.

En 2001, la plateforme citoyenne « Jaizkibel Bizirik », regroupant plus de trente associations dont Surfrider Foundation Europe, s’est constituée afin d’endiguer le projet et s’unir pour préserver ce patrimoine naturel remarquable. En 2012, durant la consultation publique, Jaizkibel Bizirik, avec le support de plusieurs milliers de personnes, a porté haut ses revendications quant à la construction du super-port. Malgré une contribution très bien documentée et argumentée, techniquement et scientifiquement, l’autorité du port de Pasaia a refusé de la prendre en compte. De plus, les plus importantes autorités publiques ont présenté leurs contributions, totalement opposées à la construction du super-port en raison de son impact sur le site. De ce fait, le gouvernement basque a procédé à une consultation publique pour intégrer les fonds marins du Jaizkibel au réseau Natura 2000 en tant que Zone Spéciale de Conservation. La plupart des associations, y compris Jaizkibel Bizirik, se sont prononcées pour une meilleure gestion de la biodiversité intrinsèque de ce lieu remarquable. Le super-port, s’il avait pris forme, aurait mis en péril des habitats et des espèces rares de la Côte basque, c’est pourquoi ce statut de protection fut la clé contre le projet. Cette revendication a notamment obtenu le soutien d’ Oceana (organisation internationale pour la conservation des océans).

Par ailleurs, ce projet aurait eu un impact transfrontalier, notamment sur les zones protégées françaises. Or la réglementation communautaire impose à tout Etat ayant un projet dans une zone transfrontalière et pouvant avoir un impact sur l'autre pays d'en informer ce dernier. L’association a participé en début d’année 2012 à la deuxième enquête publique transfrontalière. Surfrider a aidé le Gardien, Jose Manuel, à créer l'association environnementale : Ama Jaizkibel Harri, qui tâche entre autres de proposer des projets de port respectueux de l’environnement. Surfrider a par la suite apporté un soutien financier à cette association pour la réalisation d’un reportage sur le fond marin du Jaizkibel, ayant pour but de sensibiliser le public aux ressources géologiques et à la biodiversité du site, et pour l’informer du projet et de ses conséquences. Le Gardien est aussi apparu dans des reportages télévisés pour parler de cette problématique.

En janvier 2013, Surfrider a participé à l’enquête publique concernant le projet et en février, le commissaire enquêteur a rendu un avis défavorable. Entre pression sociale, absence de soutien de la part de toutes les institutions et crise économique, le projet a enfin été définitivement enterré fin juin 2013 par la dissolution de l’autorité portuaire de Pasaia. Ainsi, l’hérésie environnementale du super port de Pasaia est maintenant derrière nous grâce à une forte mobilisation et collaboration transfrontalière.

Le Gardien

Jose Manuel est le vice président de l’association "Jaizkibel Amaharri" et un membre actif du mouvement "Jaizkibel Bizirik".


Novembre 2007 : L'autorité portuaire a approuvé la rédaction du plan directeur d'infrastructure du port de Pasaia.

2008 : Une plateforme citoyenne s'est constituée pour paralyser le projet. Elle regroupe plus de 30 associations, dont SFE, unies pour la préservation de ce patrimoine naturel remarquable et en faveur de la régénération de la baie de Pasaia. Son nom : Jaizkibel Amaharri
Le projet va avoir un impact transfrontalier et notamment sur les zones protégées françaises.
Une directive européenne impose à tout Etat ayant un projet dans une zone transfrontalière et pouvant avoir un impact sur l'autre pays d'en informer ce dernier.

03 novembre 2011: l'autorité portuaire de Pasaia a pprouvé le rapport environnemental qui inclut la mise à jour du plan directeur préliminaire

Jusqu'au 26 janvier 2012 : deuxième enquête publique transfrontalière à laquelle SFE a participé

Janvier 2012 : des conseillers PC de Saint-Jean-de-Luz et Biarritz sont intervenus en janvier 2012 pour que leur municipalité rompe leur immobilisme mais aucun résultat.

Mars 2012 : la mairie d'Hendaye a fait voter, lors du conseil municipal, une motion à l'encontre du projet de port.
Exposition photographique à Donosti valorisant les ressources géologiques du mont Jaizkibel

Avril 2012 : cri d'appel des collectifs ACE Hendaye et le CADE pour que les différentes communes d'Hendaye, Urrugne, Ciboure, Saint-Jean-de-Luz, Guéthary, Bidart, Biarritz et Anglet mais aussi le Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques soient vigilants et participent à cette troisième enquête publique transfrontalière.
Le ministère de l'environnement demande l'annulation du protocole signé par le ministère des équipements, le Gouvernement Basque et l'Administration portuaire et demande qu'une régénération de la baie avec la construction du port soit pensée.
Le Gouvernement basque considère que l'administration portuaire de Pasaia (APP) "ne fait pas une évaluation adéquate», telle que requise par les directives européennes.

08 mai 2012 :  Projet de participation de SFE à l'élaboration d'un livre et un documentaire par le Gardien pour sensibiliser le public en valorisant les ressources géologiques et de la biodiversité du Jaizkibel, informer les associations sur le projet de construction du super port au Jaizkibel et de ses conséquences environnementales.

Juin 2012 : selon le document "Diaro del Puerto", une nouvelle enquête publique transfrontalière va avoir lieu.

10 juin 2012 : La préfecture de Bayonne affirme que «les autorités françaises n'ont pas été formellement consultées" et demande à être consultée sur le projet.

11 juin 2012 : ACE et le CADE interpellent le Sous-Préfet de Bayonne et le Conseil Général au sujet du super port extérieur de Pasaia

09 novembre 2012 : participation à l'Ocean Event : "protejamos nuestra costa"

Décembre 2012 : le projet semble être en suspens par manque de financements

27 décembre 2012 à 28 janvier 2013 : enquête publique

23 janvier 2013 : Participation de SFE à l'enquête publique.

20 février 2013 : résultat de l'enquête publique : avis défavorable du commissaire enquêteur

21 juin 2013 : le gouvernement basque s'oppose au projet

28 juin 2013 : L'autorité portuaire Jaiskibia qui portait le projet vient d'être dissoute et le projet du super-port extérieur de Pasaia est donc définitivement enterré. Nous pouvons enfin considérer le combat comme gagné!

Chronologie des faits

Laisser un commentaire