Début du combat : 04/04/2012

Date de clôture du dossier : 15/05/2012

Combat porté par : Catherine

geo_mashup_map

Lors des travaux de réhabilitation de l'embarcadère à La Tranche-sur-Mer, d'imposants engins empruntent la dune et y stationnent menaçant ainsi la dune déjà fragilisée.

Nous avons, de plus, été informés que l'ancienne cale, d'origine, était plus propice à accueillir ce type d'engins. Celle-ci pourrait servir de passage et permettre la circulation aux engins et à la grue.

Le Gardien de la Côte mais aussi le siège de SFE se sont mobilisés et ont alerté les acteurs locaux: le Conseil Général de Vendée, la Direction Départementale des Territoires et de la Mer de Vendée (DDTM), la Sous-Préfecture de Vendée mais aussi la mairie de La Tranche-sur-Mer.

Suite aux nombreux courriers échangés, les autorités nous ont ainsi confirmé que les engins pouvaient utiliser l'ancienne cale comdamnée aux véhicules pour ensablement et l'actuelle, en face de la Capitainerie. Les engins n'ont donc aucune raison de passer par cet endroit fragile qui devrait-être immédiatement refermé à tout passage.

A la demande de la DDTM, la grue, qui n'avait pas fait l'objet d'autorisation de stationnement sur la dune contrairement aux dires de la commune, a été enlevée.

La dune est très loin de ce qu'elle était mais la situation aura au moins cessé de s'aggraver...

Le Gardien

Catherine

Avril 2012 : La Gardienne de la Côte et SFE ont contacté les autorités locales (Conseil Général de Vendée, Direction Départementale des Territoires et de la Mer (DDTM) de Vendée, la Sous-Préfecture de Vendée et la mairie de la Tranche-sur-Mer) afin de demander l’utilisation d’une ancienne cale comme lieu de circulation et de stationnement des engins et de la grue. Après de nombreux courriers échangés, les autorités ont confirmé l’utilisation de cette cale, actuellement interdite aux véhicules. Les engins n’ont donc plus de raison de circuler sur cette dune, et à la demande de la DDTM, la grue a été enlevée. La dune est mourante mais nous allons continuer à la protéger.

Chronologie des faits

Laisser un commentaire