Toujours plus grande la Porcherie.

Le 1er avril 2016, malgré les nombreuses défaillances du dossier relevées par l’Autorité Environnementale et en dépit de l’avis défavorable du commissaire enquêteur, le Préfet du Finistère, contre toute attente, a autorisé l’extension de la porcherie AVEL VOR à LANDUNVEZ, lieu-dit Kervizinic. Philippe Bizien disposera ainsi l’année prochaine de nouveaux bâtiments sur trois sites, lui permettant de passer ainsi de 675 truies à 850 et de monter sa production jusqu’à 26 000 bêtes par an.

C’est considérable, au regard de la situation précédente (6 000 porcs équivalents en 2013), dans une région, la Bretagne, qui concentre à elle seule 60 % des élevages industriels porcins et où la pollution liée à ceux-ci ne cesse de s’aggraver. Et ne parlons pas ici du mode de production intensif et notamment des antibiotiques utilisés qui sont l’une des sources reconnues de développement de l’antibiorésistance (et donc de la mise en danger de chacun du fait de l’amoindrissement de l’efficacité des traitements médicaux par antibiotique).

Landunvez est une magnifique commune littorale qui vit en grande partie du tourisme. L’élevage AVEL VOR est situé à moins de 300m du bourg. Il touche la rivière du Foul qui se jette 1km plus loin sur la plage de Penfoul, spot de surf et plage très prisée du nord Finistère ! Plage très souvent fermée l’été pour cause de pollution bactérienne.

Les associations estiment que « le Préfet a cédé au lobby de l’élevage industriel (…) et autorisé une extension incompatible avec la vocation touristique de cette commune littorale du pays Brestois ».

Coût des nouveaux investissements: 2.433.000€. Emplois créés: seulement 1,5  (actuellement 6,5 emplois sur le site). Le secteur de LANDUNVEZ est déjà classé depuis de nombreuses années en ZES (zone d’excédent structurel) autrement dit, on ne sait déjà plus quoi faire du lisier de cochon. Par crainte des conséquences néfastes de cet élevage industriel à 200 mètres du bourg, les riverains de Landunvez manifestent leur mécontentement.

iZsCiqPyRRZesAc-1600x900-noPad

Un recours en annulation

A la veille du délai de quatre mois pour contester l’autorisation préfectorale, l’association Avenir et Environnement en Pays d’Iroise a déposé un recours commun en annulation avec l’association Eau & Rivières de Bretagne auprès du Tribunal Administratif de Rennes. Pour soutenir cette initiative qui s’inscrit dans une démarche de recherche d’un cadre de vie amélioré et durable, une pétition a été lancée !

Les Gardiens de la côte soutiennent cette initiatives et appelle chacun à la raison, à commencer par le respect du principe constitutionnel de développement durable qui doit conduire à la prise en compte de l’ensemble des enjeux en non uniquement du développement d’une seule activité en la considérant dans interaction avec le milieu et les autres activités. Cette gestion archaïque a largement fait les preuves de son obsolescence.

Protégeons notre environnement littoral et ses usages. Signez la pétition et soutenez nous.

Suivez l’actualité des Gardiens de la Côte sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire