Début du combat : 05/09/2012

Combat porté par : Alain

geo_mashup_map

Chaque année, c’est 30 000 m3 de sable qui disparaît, prélevé par des tracteurs et pelleteuses par une société qui ne connaît aucun contrôle d’activité. Le produit extrait arrive par voie terrestre et est immédiatement commercialisé permettant ainsi de réaliser un chiffre d’affaire annuel estimé à 1 million d’euros. Les effets de ces prélèvements de sable à l’entrée du port d’Audierne-Plouhinec sont multiples : disparition de la dune d’entrée du port qui avait pour fonction de protéger le port de la houle et de canaliser le courant de marée ; élargissement du chenal qui a supprimé l’effet de chasse qui participait à son entretien passif ; disparition de deux plages séculaires de la pointe Saint Julien ; modification du profil de la plage de Saint Julien qui laisse apparaître de plus en plus de roches et galets.

Surfrider Fondation Europe a soutenu ce combat environnemental en demandant avec le Gardien de la Côte et les « Amis de la Pointe Saint-Julien » que les prélèvements de sable à l'entrée du Port d'Audierne - Plouhinec (hors chenal) soient suspendus en l'attente d'une étude sérieuse et compétente et d'une concertation élargie. Pour ce faire, différents courriers ont été adressés par le Gardien, à la Chambre du Commerce et de l’Industrie de Quimper, à la préfecture et au Conseil Général.

Pour appuyer cette démarche, une pétition a été mise en ligne  et totalise plusieurs centaines de signatures. Grâce à cette mobilisation citoyenne, le Conseil général a souhaité rencontrer le Gardien.

Le Conseil général a alors annoncé, début 2013, avoir mis en place un contrôle plus strict de la société. Cependant, après une brève accalmie, les prélèvements ont repris à l'entrée du chenal lors des dernières grandes marées du printemps.

Une lettre ouverte à l'attention du Conseil général et du Préfet a été publiée par « Les amis de la Pointe St Julien » pour protester contre cette « poudre aux yeux » qui nous est donnée et demande l’arrêt de ces atteintes graves à l’environnement.

En novembre 2013 une lettre a été envoyé par le Gardien de la Côte à la préfecture, la Chambre de Commerce et de l'Industrie et le Conseil Général pour leur rappeler les revendications des usagers sur la problématique de la disparition du sable à Audierne. De plus, le Gardien et Surfrider viennent appuyer les faits pointés par la DDTM et la police de l'eau. Ouvert au dialogue et à la concertation, Surfrider propose d'échanger avec l'ensemble des acteurs pour trouver des solutions durables à l'entretien du port d'Audierne dans des conditions respectant le budget sédimentaire et la qualité du milieu.

Suite à la mobilisation citoyenne locale et associative, en Juin 2014, la société qui prélevait à côté du chenal et qui avait par cette action vendu une grande partie de la dune d'entrée a été stoppée et remplacée par une société de travaux de port qui a eu pour mission de rétablir tout le chenal à - 1,5 m, ce qui a été réalisé. Suivra un appel d'offre pour ENTRETENIR le chenal par des moyens maritimes et non plus terrestres.

Le Gardien

Alain est membre du collectif "Les Amis de la Pointe Saint-Julien".

22 janvier 1990 : Concession de dragage, pour la société La Carmeuse, qui mentionne un volume annuel de 15 000 à 25 000 m3 pour 10 ans.

2000 : Renouvellement de la concession pour 10 ans.

Depuis 2010 : La concession est reconduite chaque année, tacitement.

Septembre 2012 : Mise en ligne de la pétition.

24 septembre 2012 : Courriers à la préfecture/ Conseil Général/ CCI de Quimper

02 octobre 2012 : Courrier reçu de la CCI de Quimper qui nous conseille de nous adresser au Conseil Général du Finistère.

Octobre 2012 : Réponse de Surfrider Foundation Europe sur la réglementation concernant l'accès des véhicules sur la plage.

12 novembre 2012 : Rencontre entre le Gardien de la Côte et le Conseil général. Objectif : récupérer la convention.

19 novembre 2012 : Courrier au Conseil général (Vice-président et président des conseils portuaires Monsieur Quernez) pour demander ce qu'il est envisagé pour le 22 janvier où la reconduction éventuelle de la concession et annoncer une action collective si rien n'est fait.

Novembre 2012 : Rencontre Conseil Général/ La Carmeuse. Le CG a annoncé une étude hydraulique et sédimentaire et une étude d'incidence. Le vice-président du CG a reconnu le pillage de sable et annonce une étude sédimentaire sur un délai de 3 ans.

13 décembre 2012 : Article dans Ouest France.

Année 2013 : Étude prévue sur les conditions actuelles et futures du dragage au Conseil Général
L'ensemble du processus exigera selon le Conseil général au moins 3 ans. Cette procédure trop longue ne permettra pas de sauver la dune d'entrée, qui a déjà pratiquement disparut.

Janvier 2013 : Le Conseil général annonce avoir mis en place un contrôle plus strict de la société.

Février 2013 : Après une brève accalmie, les prélèvements ont repris...

28 avril 2013 : Publication d'une lettre ouverte à l'adresse du CG et du préfet pour dénoncer une "poudre aux yeux" qui nous est donnée car les balises mises en places ne sont pas respectées, la drague "Arthur" a été mise à l'eau mais ne fonctionne pas, l'étude est très longue... rien n'est fait en fait!

24, 25 ou 26 juin 2013 : Extraction sur le banc de sable prévue...

12 septembre 2013: La Direction Départementale des Territoires et de la Mer (DDTM29) a adressé un courrier au Président du Conseil Général du Finistère suite aux plaintes des riverains en ce qui concerne les opérations de dragage dans le port d'Audierne. Celle ci rappelle au CG29 que "d'un point de vue réglementaire, les opérations de dragage, nécessaires au maintien de l'activité du port, se font en général au travers d'une procédure loi sur l'eau (loi de 1992 puis 2006)". Ainsi, si le CG29 souhaite poursuivre ses opérations de dragage de façon pérenne dans le port et aux abords du port d'Audierne, elles doivent se faire à partir des "études nécessaires à la connaissance du milieu, des impacts et des mesures à mettre en place pour une bonne gestion des sédiments extraits". Enfin, la police de l'eau insiste sur le fait que ces opérations de dragage doivent "si limiter au seul besoin de maintien du tirant d'eau nécessaire à la navigation" et ne doivent donc pas s'opérer en marge du chenal d'accès dans un but commercial comme le Gardien de la Côte peut l'observer à chaque campagne d'extraction.
Le Conseil Général du Finistère a donc été appelé à effectuer des analyses physico-chimiques sur les boues de dragages, communiquer les dimensions réelles du chenal de navigation et exercer un contrôle qualitatif et quantitatif des opérations de dragage.
C'est une très bonne nouvelle que salue Surfrider Foundation Europe et le Gardien de la Côte investit dans ce dossier. Mais nous continuons à exercer un lobby pour que les études environnementales soient délivrées et le pillage du banc de sable stoppé !

13 Novembre 2013 : une lettre a été envoyé par le Gardien de la Côte à la préfecture, la Chambre de Commerce et de l'Industrie et le Conseil Général pour leur rappeler les revendications des usagers sur la problématique de la dispartion du sable à Audierne. De plus, le Gardien et Surfrider viennent appuyer les faits pointés par la DDTM et la police de l'eau en Septembre dernier. Ouvert au dialogue et à la concertation, Surfrider propose d'échanger avec l'ensemble des acteurs pour trouver des solutions durables à l'entretien du port d'Audierne dans des conditions respectant le budget sédimentaire et la qualité du milieu.

Juin 2014 : Suite à la mobilisation citoyenne et associative, la société qui prélevait à côté du chenal et qui avait par cette action vendu une grande partie de la dune d'entrée a été stoppée et remplacée par une société de travaux de port qui a eu pour mission de rétablir tout le chenal à - 1,5 m, ce qui a été réalisé. Suivra un appel d'offre pour ENTRETENIR le chenal par des moyens maritimes et non plus terrestres.

Chronologie des faits

http://www.dailymotion.com/video/x10c159_le-sable-enquete-sur-une-disparition-1_webcam

http://www.dailymotion.com/video/x10c233_le-sable-enquete-sur-une-disparition-2-et-fin_webcam

http://future.arte.tv/fr/sujet/nos-plages-court-de-sable

Laisser un commentaire