Début du combat : 04/02/2013

Combat porté par : Martine

geo_mashup_map

Une pollution bactériologique d’origine fécale a été constatée sur le lac marin d’Hossegor en Décembre 2012. C’est après une toxico-infection collective qu’ont été effectuées des analyses y révélant la présence de calcivirus (virus affectant à la fois l’homme et l’animal). Un arrêté préfectoral en a découlé interdisant toute activité ostréicole sur le lac. Même si ledit arrêté a été levé après quelques semaines, le risque sanitaire perdure. Cette décision constitue un sérieux risque pour la santé publique et c’est toute une dynamique et une économie relative à cette région qui subiraient les lourdes conséquences de l’éventuelle fermeture des parcs ostréicoles et des zones de baignades alentours.

L'épidémie de gastro-entérite survenue dans les Landes ainsi que les fortes pluies tombées au même moment amènent à penser que les STEP (STations d’ÉPuration) pourraient être les principales suspectes. Seraient-elles obsolètes, défectueuses ou insuffisantes? Cherchant à valider ces premières hypothèses, des prélèvements effectués en amont et aval de ces STEP ont révélé la présence de norovirus et sapovirus. De nombreux ostréiculteurs ont vu leur activité professionnelle en sursis durant plusieurs mois. À ce titre, un représentant des professionnels d’Hossegor, mandaté par le président du Comité régional de la conchyliculture Arcachon Aquitaine, a déposé plainte contre X le 22 décembre 2012, à la gendarmerie de Seignosse (Landes), « pour rejet de substances nuisibles au poisson ou sa valeur alimentaire et pour pollution ». Surfrider a appuyé cette démarche avec une seconde plainte contre X.

Aujourd’hui, une pollution est scientifiquement avérée dans le lac marin d’Hossegor. L’antenne SFE Sud-Landes, représentée par Martine, est disposée à faire le relais médiatique autour de cette pollution qui représente un haut risque sanitaire et à débloquer l’affaire dans une démarche de concertation auprès des collectivités territoriales, de la Communauté de communes et du syndicat communal concerné. Si vous aussi vous vous sentez concerné par la pollution du lac marin d’Hossegor, faites part de votre témoignage à l’antenne SFE Sud-Landes.

Le Gardien

Martine est responsable de l'antenne locale SFE Sud-Landes.

11. 1. Martine - lac marin d'hossegor - @ SFE antenne Sud-Landes

Depuis 2003 : Les ostréiculteurs du lac d'Hossegor constatent régulièrement une forte pollution bactériologique dans le lac, sans parvenir à en trouver la source...

Fin novembre - début décembre 2012 : Epidémie de gastroentérite dans les Landes.

24/25/26 novembre : Très forte pluviométrie sur le bassin versant du Bourret et du Boudigau.

2 décembre 2012 : Toxico-infection collective suite à l'ingestion des huîtres du lac marin d'Hossegor.

6 décembre 2012 : arrêté préfectoral modifiant l’arrêté du 17 mai 2002 (qui autorisait entre-autre la STEP de St Vincent de Tyrosse à envoyer ses rejets (soumis à des conditions de conformité qui ne sont pas respectés) dans le Maubecq (qui se jette dans le Bourret) prévoit de modifier le lieu de rejet de la STEP vers l’Adour.

Du 14 décembre 2012 au 11 mars 2013 : Arrêté préfectoral interdit la commercialisation des huîtres du lac d'Hossegor.

22 décembre 2012 : dépôt de plainte contre X du représentant des ostréiculteurs d'Hossegor pour pollution du lac.

22 janvier 2013 : le CRC fait réaliser des analyses bactériologiques dans le Maubecq, en amont et en aval de la Station d'épuration de St Vincent de Tyrosse et la concentration en Escherichia coli passe de 163 NPP/100 ml (Nombre le Plus Probable*) en amont à 110 340 en aval! Alors que la normale ne doit pas dépasser les 15 NPP/100 ml...

26 février 2013 : dépôt de plainte contre X du Comité Régional de la Conchyliculture Aquitaine Arcachon et de la SEPANSO à la gendarmerie pour pollution du lac.

19 avril 2013 : envoi d'un courrier de demande d'informations sur les rejets des STEP du bassin versant du Bourret et du Boudigau (relevés des débits traités par les stations et surverse des réseaux) à la préfecture.

16 mai 2013 : Le bureau rejets et prévention des pollutions à la DDTM rejette notre demande de documents au motif que les documents seraient inachevés tandis que la loi impose le droit à la communication seulement des documents achevés...

18 juin 2013 : SFE dépose plainte contre X au même motif que le CRC et la SEPANSO.

Août 2013 : témoignage d'une importante éruption cutanée chez des enfants une heure après une baignade dans le lac...

Avril 2015 : "L’apport d’eau d’infiltration (45 % des eaux traitées) et la non-séparation des réseaux pluviaux et des égouts de Tyrosse et Bénesse sont les principaux problèmes qu’il s’agit de traiter en priorité." Sud Ouest en parle !

*Le Nombre le Plus Probable (NPP) est une estimation statistique de la densité des micro-organismes.

 

Chronologie des faits

Laisser un commentaire