Début du combat : 16/03/2012

Combat porté par : Wim

geo_mashup_map

Le 16 mars 2012, le Gouvernement espagnol a approuvé un projet de prospection pétrolière en eaux profondes au large des Canaries et ce, malgré la forte opposition des associations écologistes, des pêcheurs, des professionnels du tourisme et des institutions locales. Un tel aboutissement aurait un impact direct sur les mammifères marins qui migrent dans cette région du monde. Le Gouvernement canarien, qui oppose un « rejet total » à ces opérations, s’interroge également sur les conséquences inévitables que les exploitations auront sur le tourisme des îles. Il entend notamment entreprendre des actions légales pour stopper ces prospections.

Par l’initiative du Gardien, Wim, une pétition en ligne a été relayée à tout le réseau de Surfrider et a collecté plus de 18 000 signatures. En mars 2012, faisant suite à un appel à la mobilisation lancé par un collectif d’associations, dont SFE, 22 000 et 12 000 personnes sont respectivement venues affirmer leur opposition à Lanzarote et Fuerteventura.

Cette pétition a par ailleurs connu un moment fort grâce à la distribution de 5000 cartes postales servant d’outil de communication et de sensibilisation à destination du grand public. Ces cartes, réalisées bénévolement par un étudiant des beaux-arts, ont eu d’importantes retombées dans la presse écrite et télévisée. Ces cartes postales ont ensuite été adressées au gouvernement espagnol pour démontrer de la forte opposition aux prospections pétrolières dans les iles canaries. De la même façon, le roi Mohammed VI du Maroc a exprimé son opposition au projet en juin 2012 car les zones délimitées pour la recherche pétrolière feraient partie du plateau continental du Maroc. En réponse, le gouvernement canarien a saisi l’Union Européenne pour éclaircir la légalité des permis d’exploration octroyés.

En novembre 2012, le président du conseil municipal de Fuerteventura, Mario Cabrera a demandé au premier ministre et au ministre de l’industrie de prendre en considération les catastrophes environnementales du Prestige et de Deepwater Horizon avant de prendre un risque similaire au large des Canaries. De façon parallèle aux actions juridiques et gouvernementales, le Gardien continue d’informer et de sensibiliser l’opinion publique en organisant des nettoyages de plages, en donnant des interviews ou même en organisant la projection d’un film sur la catastrophe du Prestige.

En février 2013, une nouvelle pétition au concept innovant a été lancée : à chaque signature un email sera envoyé au ministre concerné ! En mars dernier, une vidéo a été réalisée pour présenter le projet "Yes to renewables, no to oil drilling in Canaries". Très récemment, le gouvernement espagnol a annoncé qu’au titre de la Directive Cadre Stratégie pour le Milieu Marin (DCSMM) une étude d’impact approfondie allait être menée.

Le Gouvernement des Canaries demande le 10 février 2014 l’autorisation au Conseil des Ministres de faire un référendum avec la question suivante : « Êtes-vous d’accord avec les explorations pétrolières,  autorisées pour la multinationale Repsol, au large des côtes de nos îles? » . Cette situation politique permet à notre gardien, Wim, de relancer la pétition.
A la veille de la décision de la cour suprême espagnole, la pétition  est forte de 110 000 signatures.

Le 29 Mai 2014, malgré la très forte mobilisation contre le projet le gouvernement espagnol  a donné son feu vert au projet de prospections pétrolières au large des îles Canaries présenté par le groupe Repsol.

Les écologistes espagnols ont dénoncé en retour dans un communiqué « une absurdité sans précédent ». « Il s’agit d’un acte injustifiable, qui pose un grave risque aussi bien à l’environnement qu’à la principale activité économique des îles, le tourisme », indiquent ainsi les organisations Greenpeace, WWF, Amigos de la Tierra, Ecologistas en Accion, SEO/Birdlife.

Finalement, le pétrolier a jugé insuffisante la qualité du pétrole et du gaz découverts autour de l'archipel, dont le gouvernement et la population étaient farouchement opposés aux forages et classe ce combat comme une victoire !

Le Gardien

Wim est responsable de l’organisation Clean Ocean Project.

wim

Depuis 2001 : Repsol (compagnie pétrolière espagnole) dépose son projet de prospection pétrolière à 25 km des côtes des îles Canaries.

2001 : un décret royal publié par le gouvernement espagnol a permis à Repsol d'entreprendre la prospection pétrolière et d'installer des sondes qui permettraient de vérifier s'il y avait des champs de pétrole au large des côtes de Lanzarote. Une même opération a été réalisée avec le Maroc mais à une profondeur plus faible que celle de l'Espagne. Les sondes se trouveraient côté Maroc et le décret royal espagnol ne mentionne aucune action Tampon dans le cas où il y aurait des problèmes avec les sondes.

2004 : le gouvernement des îles Canaries a présenté une demande pendant le règne de Zapatero et le décret royal a été annulé.

Mars 2012 : Après 8 ans et un changement de gouvernement, Repsol est de nouveau autorisé à réaliser son projet.
Le gouvernement espagnol a approuvé un projet de prospection en eaux profondes, aux larges des Canaries, malgré la forte opposition des associations écologistes, des pêcheurs, des professionnels du tourisme mais aussi des institutions locales.
Le gouvernement des Canaries a annoncé que des actions légales seront entreprises pour empêcher les prospections. Le vice-président du gouvernement canarien a été clair: "Notre rejet est total", a affirmé José Miguel Perez, avant de rappeler que "le futur des Canaries se trouve dans les énergies renouvelables et la lutte contre le changement climatique". De fait, l'une des îles des Canaries, El Herrio, première île "100% renouvelable" est autosuffisante grâce à l'énergie éolienne. A Lanzarote et à Fuerteventura, les élus soulignent que le développement économique de ces îles, basé sur le tourisme est très sensible aux dommages écologiques, est difficilement compatible avec l'industrie pétrolière.
Un appel à mobilisation a été envoyé pour informer le grand public et l'inviter à participer aux différents rassemblements qui ont lieu sur différentes îles du Canaries mais aussi à Madrid le 24

Mars 2012 : 22 000 personnes ont répondu présentes à Lanzarote, 12 000 à Fuerteventura et quelques milliers dans les autres villes.
Aucune EIE (étude d'impact environnemental) sur l'environnement et sur le secteur touristique n'a été réalisée. Aucune alternative comme l'énergie solaire ou éolienne a été étudiée.

22 mars 2012 : Un nettoyage traditionnel organisé sur la plage de Fuerte.
Bilan = 2heures et 20 seaux de goudron. Cause: les navires de passage près de la côte nord de Fuerte.

Avril 2012 : Une pétition en ligne a été relayée à tout notre réseau européen. (+ de 15 000 signatures en quelques semaines)

18 mai 2012 : une grande fête est organisée : Come, dance and say no to oil platforms (+ de 100 personnes présentes). Malheureusement, une grande fête de village était organisée le 19, du coup beaucoup n'ont pu participer à la fête du 18.

Juin 2012 : Le Roi Mohammed VI se serait opposé à la prospection pétrolière de Repsol autorisée par l’Espagne, dans une zone maritime de 50 km autour des côtes des Iles Canaries, parce que le territoire délimité pour ces recherches ferait partie du plateau continental marocain.

Juillet 2012 : le gouvernement canarien a fait appel à l'UE pour demander à l'Espagne des explications sur la légalité des permis octroyés.

Août 2012 : La Directive HFF (Habitat Faune Flore) est la plus importante législation au niveau environnemental de l'UE. Elle impose aux États membres de l'UE de protéger les types d'habitats spécifiques en les intégrant dans un réseau d'aires protégées (à la fois sur terre et en mer) appelé Natura 2000.
Dans les îles Canaries, pas une seule «zone spéciale de conservation» n'a été déclarée pour protéger les récifs et les structures sous-marines effectuées par des émissions de gaz. En outre, les activités planifiées d'exploration pétrolière par Repsol à Lanzarote et Fuerteventura mettra ces mêmes habitats - qui devraient clairement être incorporés dans le réseau Natura - directement dans la ligne de feu. Selon un dernier rapport espagnol,  12 types d'habitats et 82 espèces sont menacées avec ce projet. Repsol, la compagnie pétrolière, n'a pas informé le gouvernement espagnol de la présence d'habitats protégés dans la région où ils ont l'intention de mener à bien leurs activités, en dépit du fait qu'il existe des preuves de leur présence.

31 août 2012 : 5000 cartes postales imprimées sur du papier recyclable avec le logo GDC. Action financée par l'Aide aux initiatives locales du programme GDC (300 euros). Ces cartes, réalisées bénévolement par un étudiant des Beaux-Arts (Mikol Olivares) sont disponibles gratuitement (hôtes, offices de tourisme, magasins…). L'objectif est de sensibiliser les touristes à la menace et les inviter à signer la pétition. A cet instant, 16 000 signataires.

Septembre 2012 : Grand écho dans la presse aux Canaries et plusieurs interviews.
Les cartes ont été portées par le gouvernement

17 novembre 2012 : soirée film Prestige

20 novembre 2012 : Article d’Europapress.es
Le président Mario Cabrera (président du Cabildo Fuerteventura) demande au 1er Ministre (Mariano Rajoy) et le Ministre de l'industrie, de l'énergie et du tourisme (José Manuel Soria) de prendre en considération les catastrophes environnementales du Prestige et du Golfe de Mexique. Un tel accident au large des Canaries serait catastrophique pour les Canaries.

Fin 2012 : objectif: atteindre les 100 000 signatures.

Décembre 2012 : dans le cadre de l'AIE, 300 euros offerts pour participer au projet de traversée de l'Atlantique en voilier pour sensibiliser le grand public aux impacts que pourraient engendrés le projet sur l'environnement.

27 décembre 2012 : à 5 miles des Canaries, le bateau a coulé et les 3 membres d'équipage ont été secourus. Le projet est reporté mais le Gardien, Wim, n'abandonnera pas.

Février 2013 : lancement d'une nouvelle pétition avec pour concept qu'à chaque signature un email est envoyé au ministre concerné.

Juin 2013 : Dorénavant, une étude d'impact environnemental va devoir être menée avant de procéder aux forages au regard de la DCSMM sous ordre de l'UE.

Février 2014 : La pétition est relancée suite à la demande de référendum adressée par le Gouvernement Autonome des Canaries au gouvernement espagnol, sur la question des prospections pétrolières aux îles Canaries.

31 Mars 2014 : La pétition rassemble environ 110 000 signatures.

29 Mai 2014 :  Le gouvernement espagnol  donne son feu vert au projet de prospections pétrolières au large des îles Canaries présenté par le groupe Repsol.

Novembre - Décembre 2014 : Malgré la mobilisation locale et internationale, le gouvernement espagnol continue à rejeter les demandes du peuple des îles et les prospections commencent.

Janvier 2015 : C'est dans un grand soulagement que la nouvelle de l'abandon des prospections pétrolières a été accueilli par le gouvernement canarien et les associations s'étant porté à la défense de l'archipel.

Chronologie des faits

2 réflexions au sujet de « Canaries – Prospection pétrolière »

  1. Ping : Sauvez les Canaries, signez la pétition! | Surfrider Foundation Europe

  2. Ping : Début des forages pétroliers aux Canaries : le combat continue

Laisser un commentaire