Début du combat : 15/02/2010

Date de clôture du dossier : 15/07/2010

Combat porté par : SFE Antenne Côte Basque

geo_mashup_map

La Baie de Txingudi, située sur la commune d'Hendaye, est une réserve naturelle classée «Zone de grand Intérêt pour la Conservation des Oiseaux sauvages dans la Communauté Européenne» (ZICO) et «Zone de Protection Spéciale» (ZPS) Natura 2000.

La baie de Txingudi est un milieu naturel exceptionnel de type «milieu humide», espace de vie pour un grand nombre espèces d’oiseaux marins.

Malheureusement, 3 différents types de pollutions ont été identifiées dans la réserve.

Pollution n°1 : épandage de gravats

Dans un premier temps, il a été constaté (le 17.02.2010), le long de la base nautique, la présence de gravats récemment répandus sur une longueur d’environ 100 m. Les dépôts contiennent des pierres et graviers, du bitume, des bordures de trottoir, des tuyaux plastiques, du métal, des filets plastiques et des racines de végétaux. Tout laisse à penser qu’ils proviennent d’un chantier de réfection de voirie.

Les services techniques de la ville d'Hendaye ont prétendu "ne pas savoir" d'où provenaient ces déchets inertes.

Plus tard, le journal Sud Ouest, publie un article expliquant finalement que les gravats étalés « par erreur » sur la petite plage de la réserve naturelle de Txingudi (appelée aussi plage du Centre Nautique) proviennent du chantier du parking du port de plaisance (Sokoburu), dont les maîtres d’oeuvres sont les Services Technique de la Ville d’Hendaye en collaboration avec l’entreprise Sogeba.

Pollution 2 : Dépôt sauvage d’ordures
Un dépot sauvage d’ordures, visiblement présent depuis de nombreuses semaines se trouve le long de la cloture qui sépare la zone technique de la base nautique.

Pollution 3 : Tas de déchets collectés
Les déchets et bois collectés par ramassage mécanique sur le sable voisin sont accumulés en un tas situé en haut de la petite plage de la base nautique. Il a été constaté – le dépôt de laisse de mer l’atteste – à marée haute, lors de forts coefficients, que l’eau arrive jusqu’au tas, avec le risque de remise à l’eau d’une partie des polluants collectés. Sans parler de l’aspect visuel répugnant d’un tas de déchets laissé à l’abandon.

Note : à la suite de notre signalement et de la parution consécutive de plusieurs articles dans les médias locaux, la Mairie d’Hendaye a procédé au nettoyage des différents sites pollués.

Le Gardien

SFE antenne Côte Basque

logo_sfe_cotebasque_vert

Février 2010 : Constat de la présence de gravats récemment répandus sur une longueur d’environ 100 m. Les dépôts contiennent des pierres et graviers, du bitume, des bordures de trottoir, des tuyaux plastiques, du métal, des filets plastiques et des racines de végétaux. Tout laisse à penser qu’ils proviennent d’un chantier de réfection de voirie. Le journal Sud Ouest, publie un article expliquant que les gravats étalés « par erreur » sur la petite plage de la réserve naturelle proviennent du chantier du parking du port de plaisance (Sokoburu), dont les maîtres d’oeuvres sont les Services Technique de la Ville d’Hendaye en collaboration avec l’entreprise Sogeba.

Pollution n°1 : épandage de gravats.

Pollution 2 : Dépôt sauvage d’ordures visiblement présent depuis de nombreuses semaines le long de la clôture qui sépare la zone technique de la base nautique.

Pollution 3 : Tas de déchets collectés. Les déchets et bois collectés par ramassage mécanique sur le sable voisin sont accumulés en haut de la petite plage de la base nautique. Il a été constaté – le dépôt de laisse de mer l’atteste – à marée haute, lors de forts coefficients, que l’eau arrive jusqu’au tas, avec le risque de remise à l’eau d’une partie des polluants collectés.

Suite à notre signalement et à la parution consécutive de plusieurs articles dans les médias locaux, la Mairie d’Hendaye a procédé au nettoyage des différents sites pollués.

Chronologie des faits

Laisser un commentaire